Chiffres et faits: La coopérative des épiceries Caritas en chiffres

En Suisse il y a également des pauvres. Les personnes touchées par la pauvreté vivent avec un revenu minimal et ne peuvent s'acheter que les marchandises les plus nécessaires. Dans les épiceries Caritas, ils peuvent se procurer des produits d'utilisation quotidienne à des prix plus bas.

Dans les épiceries Caritas en Suisse, les personnes dans le besoin ont la possibilité de se procurer des aliments et des produits d'utilisation quotidienne aux prix plus bas. En partant des articles de base, l'assortiment est composé de produits frais allant jusqu'aux articles d'hygiène. Tous les articles importants d'utilisation quotidienne. Les prix de vente y sont nettement inférieurs par rapport à ceux pratiqués dans les grandes surfaces. Grâce à ces économies, nos clients gagnent une marge de manœuvre financière. Ainsi, ils peuvent se payer quelque chose inatteignable autrefois: une entrée au cinéma, une sortie ou une paire de chaussures. Des petits rayons de soleil dans un quotidien plein d'inquiétudes.

Les épiceries Caritas sont un projet du réseau national de Caritas. Les lieux de vente dans les régions sont gérés par les Caritas cantonales qui financent les charges d'exploitation. Une part des articles est financée par des dons de nourriture ainsi que des soutiens financiers de l'économie. Il n'y a pas de soutien financier étatique direct.







Lieu de rencontre

Les épiceries Caritas sont plus que simplement un lieu pour faire ses courses. Elles sont également des lieux de rencontre. Les personnes qui y font leurs courses rencontrent d’autres dans des situations semblables. Ils ont ainsi l’occasion de s’échanger et de se conseiller mutuellement.

Lieu de travail pour personnes sans emploi

Nous offrons des possibilités de travail dans la vente et dans la logistique aux personnes au chômage. Ils ont la possibilité de se familiariser avec les tâches et les exigences du commerce de détail et peuvent ainsi améliorer leurs chances pour un retour dans le marché du travail.